Espace
Membre

Mot de passe :

Archive for "Articles"

Amélioration de la réponse de santé aux malades de Djoum, Cameroun

Articles, Blog, Projets nov 27, 2016 Commentaires fermés sur Amélioration de la réponse de santé aux malades de Djoum, Cameroun

bksv-cameroun_278Amélioration de la réponse de santé aux malades de Djoum
Équipement de l’hôpital de Djoum, au Sud Cameroun

Action gérée par :
Rotary e-Club Premier 7040
avec le soutien de
Collaboration Santé Internationale, Québec
et de la Fondation Internationale Roncalli, Montréal

origine du projet: Fondation Le Cœur sur la Main, Canada

Lire la suite…




Sécurité alimentaire des bébés de l’orphelinat Sanyu Babies Home, Kampala, Ouganda

Articles, Blog, Projets avr 27, 2016 No Comments

Sécurité alimentaire des bébés de l’orphelinat Sanyu Babies Home, Kampala, Ouganda

Un acte de fraternité pour sauver des enfants et respecter la vie

Les objectifs du projet 2016-2017 :

Ce projet est un acte de fraternité pour sauver des enfants et respecter la vie.
La première étape est une action d’urgence visant à sécuriser l’approvisionnement en lait maternisé pour l’alimentation des nourrissons abandonnés et recueillis par l’orphelinat Sanyu Babies Home de Kampala. La deuxième étape vise à établir un programme d’autonomie nutritionnelle de l’orphelinat, accompagnée d’une action de lutte contre les abus sexuels et les grossesses précoces.

Les effets attendus:

  1. Alimentation sécurisée des bébés recueillis
  2. Motivation du personnel bénévole et facilitation du suivi de santé des bébés
  3. Amélioration de la gestion de l’orphelinat
  4. Mise en place des bases d’un projet d’autonomie alimentaire durable (lait de chèvre)
  5. Implication de la communauté, élan d’action sociale locale et lutte contre les grossesses précoces

 

Campagne-Femme-petit  

  • Pour effectuer vos dons :Par PayPal, compte sécurisé, paiement par Visa, Mastercard, American Express, Discover  :



  • Par chèque à l’ordre de : Club Électronique Rotary Premier, 187 Place du Soleil, Verdun, H3E 1R1
  • Dons de matériels et/ou lait maternisé : contacter Stéphanie Émond

 

Les raisons de l’action : contexte social et besoins de la communauté visée.
L’orphelinat Sanyu Babies Home, créé depuis plus de 80 ans par la sœur Milnes Winfred Walker est désormais placé sous la responsabilité du Diocèse Namirembe, Eglise Anglicane d’Ouganda. Il est administré par un conseil de direction permanent, sous la direction exécutive de Barbara Mutagubya, notre contact pour le projet.
L’orphelinat recueille des bébés abandonnés, âgés le plus souvent de 1 jour à 1 semaine, et qu’il prend en charge jusqu’à l’âge de 5 ans. À 5 ans, les enfants sont placés en familles d’accueil ou en institutions. Les adoptions demeurent limitées et les retours des enfants dans leur famille d’origine sont encore moins fréquents.
La plupart des bébés abandonnés sont issus de grossesses précoces d’adolescentes, avec augmentation des viols et crimes sexuels. Un rapport de 2014 du Secrétariat de la Population, fait état de 300,000 grossesses précoces par an (cf article en annexe). Pour des considérations culturelles et religieuses, toutes les grossesses hors mariage entrainent l’exclusion de la jeune femme du cercle familial. Par conséquent, les accouchements se font sans aide ni sage-femme, la plupart dans des endroits cachés voire insalubres. Les bébés sont retrouvés dans des latrines, sur des tas d’ordures ou déposés à la porte de l’orphelinat par la famille. Dans beaucoup de cas, l’état de santé des bébés nécessite une prise en charge médicale immédiate et fort coûteuse (telle que transfusion, réhydratation, traitement contre les infections et maladies telle que le sida…). N’ayant pas été nourris depuis leur naissance, les bébés abandonnés souffrent tous de nombreuses carences et sont de santé fragile. En l’espace de 2 mois, nous avons constaté plusieurs décès malgré les soins donnés.

 

Contexte financier
Malgré l’aide du Diocèse local, l’orphelinat est confronté à un manque de liquidités, les dons se faisant plus rares et les aides gouvernementales étant inexistantes. Pour faire face à sa mission, l’orphelinat exploite des hébergements touristiques ainsi qu’une boutique de produits artisanaux, mais la baisse générale de la fréquentation touristique en Ouganda depuis plusieurs années affecte lourdement les revenus de cette activité. Le cumul de ces pertes de revenus, a obligé l’orphelinat à contracter un emprunt à la banque. Aujourd’hui, le remboursement de la dette affaiblit la gestion de l’orphelinat qui doit faire appel à des dons en nature pour les besoins alimentaires et médicaux de base.
Les besoins en lait maternisé
L’augmentation des abandons de nouveaux nés des dernières années et la baisse des revenus en dons mettent l’orphelinat en situation difficile. La capacité d’accueil maximale des locaux est de 50 enfants. L’orphelinat Sanyu est à ce maximum depuis plusieurs années. Sur ce total, les enfants nourris au lait représentent 65% dont 50% consommant uniquement du lait maternisé. Le lait représente 50% du budget global de nourriture de l’orphelinat auquel s’ajoute l’achat d’eau en bouteille, l’orphelinat ne disposant pas d’un dispositif d’assainissement de l’eau du puits. Par ailleurs, la fragilité des enfants recueillis ne permet pas une alimentation au lait de vache, et oblige à l’achat de lait maternisé.

 

Programmation du projet
L’analyse des besoins a été faite en 2015 avec l’aide d’un membre du Rotary e-Club Premier 7040 vivant à Kampala. Depuis décembre 2015, plusieurs dons de lait et nourriture ainsi que les prestations de bénévolat de notre membre nous ont permis de maintenir le contact avec l’orphelinat. Des réunions par Skype avec la directrice et le comptable, nous ont permis de recueillir des informations sur le fonctionnement de l’orphelinat ainsi que sur le contexte économique et social du pays. Selon ces données, nous avons décidé d’agir en 2 temps :

  1. Contribuer au redressement de la situation de l’orphelinat en concentrant l’aide sur la fourniture de lait maternisé et la motivation du personnel permanent et bénévole.
  2. Soutenir l’orphelinat dans l’orientation de ses choix pour des solutions durables et réalistes financièrement afin d’assurer la sécurité alimentaire des nourrissons.

Le projet est suivi sur place par un membre du e-Club Premier 7040 vivant à Kampala, Ouganda, ville où est situé l’orphelinat

 

Participation bénévole des Rotariens à ce projet et dons en nature **
Les dons en nature comprennent : dons en matériel et dons en prestations :

  • Assistance sur place et bénévolat auprès de l’orphelinat
  • Fourniture de lait et autres produits alimentaires (depuis décembre 2015)
  • Fourniture de matériel informatique et logiciels
  • Installation informatique, initiation et suivi technique à distance
  • Mise à disposition de la salle de vidéoconférence électronique du e-Club
  • Formations et réunions par internet avec les membres rotariens professionnels internationaux du e-Club Premier 7040
  • Visites, animations et goûters en collaboration avec les Clubs Rotary de Kampala
  • Coordination des partenariats et gestion logistique
  • Organisation de levées de fonds dédiées au projet
  • Fourniture de création et réalisation technique pour les campagnes de communication et de promotion, animation des réseaux sociaux
  • Recherche de partenaires pour le développement d’une solution durable (élevage de chèvres et transformation du lait)

Budget 2016-2017 (US$) – 1er palier de réalisation

Achat de lait maternisé (sur place auprès d’un distributeur local) 9 900$
Fourniture d’un ordinateur portable 500$
Campagnes de communication (impressions, réseaux sociaux) 550$
Organisation d’une marche de sensibilisation à Kampala (autorisation
de police, sécurité, bannières et supports de communication)
800$
Frais financiers et administratifs 250$
Total dépenses : 12 000$
** Valorisation des dons en nature non inclus dans le budget : 10 000$
Total Global : 22 000$
Dont DISTRICT GRANT #1634502 (5800$)

 

 

Merci de votre support !

Ensemble nous sommes toujours plus forts.

 

Contacts reliés au projet:  info[a]rotaryeclubpremier.org

Michèle Herblin, comité Actions-Projets et coordinatrice du projet  tel : 1-514-570-3682

Marc Mauger, trésorier

Marc Rein, partenariats en France

Stéphanie Émond, partenariats Canada et USA

Delphin Kitengie, suivi du projet à Kampala

Mohamed Idir, campagnes de communication


 

Prix et distinctions à l’occasion du PETS

Articles, Blog mar 07, 2016 Commentaires fermés sur Prix et distinctions à l’occasion du PETS

La Fondation Rotary du Rotary International à décerné le titre de Paul Harris Fellow à notre

Past Présidente Mme. Michèle Herblin. Quel honneur et félicitation à Michèle!

 

Distinction remise au e-Club par la Fondation Rotary pour la contribution de tous les membres. Félicitations à tous!

Soutien de la clinique CLIDEP

Articles, Blog, Projets nov 19, 2015 Commentaires fermés sur Soutien de la clinique CLIDEP

Soutien de la clinique CLIDEP

Médicaments, petit matériel et équipement hospitalier

bandeau

La mission de CLIDEP est avant tout de prévenir les maladies neurologiques, de poser les bons diagnostics et de proposer des solutions grâce à la médicalisation et la réadaptation.

Étant donné le manque de service neurologique au pays, CLIDEP prend en charge des patients épileptiques de tout âge et également atteints par diverses affections neurologiques.

Depuis quelques années, l’effort international ralentit en Haïti alors que la quantité de patients consultant pour des troubles neurologiques ne cesse d’augmenter.

CLIDEP a besoin d’aide pour continuer à fournir les soins nécessaires à tous les Haïtiens.

Lire la suite du projet…

Le Rotary e-Club Premier 7040 a décidé d’aider CLIDEP en faisant la demande auprès d’organismes de bienfaisance pour la fourniture de médicaments et matériel selon le descriptif du projet

 

Levée de fonds :

Les fonds collectés serviront à financer :

  • Recherche de dons d’équipements
  • Collecte de médicaments auprès de centres hospitaliers
  • Formation du personnel d’entretien



Photos de la soirée Gala CLIDEP 2015

Pour soutenir les victimes des tremblements de terre au Népal

Articles, Blog, Projets mai 25, 2015 No Comments

Joignez-vous aux actions du Rotary e-Club Premier 7040

 

Le 2 juin 2015 : un 4 à 7 à Sainte Thérèse pour continuer l’aide aux familles Népalaises plus en danger que jamais. En présence de personnes qui sont allées au Népal.

 

prohibition

Tous les dons iront à 100% en aide aux sinistrés des tremblements de terre au Népal

Après les frais de transaction de Paypal de 2.9% + 0,30$.

 

 




 

Le 9 mai 2015 : une collecte au marché Jean Talon de Montréal

 

17 Rotariens des Clubs Rotary eClub premier 7040 , Montréal Ville-Marie et Rotaract Ile de Montréal ont fait une collecte auprès des Montréalais.

Résultats :

  • 1281,00$ collectés en 3h
  • 1 ShelterBox pour 10 personnes acheté
  • 1 ShelterBox supplémentaire abondé par le Gouvernement Canadien
  • Au total 20 personnes abritées!!

 




 

 


IMG_1682 Collecte-Népal-Guillaume-en-action-1 Collecte-Népal-Jérome-et-Marc   IMG_1673 IMG_1671 IMG_1659
 

 
 

Les appels à la solidarité après le premier tremblement de terre au Népal ont fonctionné rapidement. Les dons sont arrivés du monde entier.

La violence de la deuxième secousse a fait naitre des problèmes logistiques graves et augmenté l’urgence de l’aide, les glissements de terrain et avalanches rendant encore plus difficile l’accès aux zones touchées.

Maintenant encore, les besoins en abris de survie constituent une urgence absolue car la période des moussons et leurs pluies torrentielles arrivent et menacent la vie des familles, certains villages ayant été détruits à 95 %.

Il est impératif de continuer les aides pour apporter : un toit, des couvertures, du matériel de cuisine, du matériel d’hygiène et d’assainissement de l’eau, des outils d’urgence… Tout cela se trouve dans les boites Shelter Box accréditées par le Rotary

shelterbox_750e

 

1ère marche virtuelle pour la Fondation du Rotary

Articles, Blog mai 20, 2015 No Comments

eclub-badge-blanc

 






Vous n’avez pas pu aller à la Marche pour la Fondation de votre District ou
de votre Club et  vous le regrettez ??

Chaque pas compte, vous pouvez encore participer !!

Du 20 mai au 20 juin, marchez virtuellement avec  le Rotary eClub Premier 7040.

Depuis chez-vous, un petit click  et c’est fait !

–        Vous Accédez à la marche virtuelle

–        Vous remplissez la fenêtre de dialogue : votre pays, votre nom et celui de votre Club

–        Vous faites un don à la mesure de vos moyens par site Paypal sécurisé

–        Vous recevez le justificatif de votre don par courrier électronique.

–        Vos dons sont transmis à la Fondation du Rotary et sont portés au crédit de votre compte de participation personnel.

Par votre action, nous apporterons une preuve de plus que les Rotariens ont à cœur de soutenir leur Fondation, et portent haut les couleurs et les valeurs du Rotary.

Participez nombreux et transmettez à vos amis Facebook, ils vous remercieront de votre engagement.

Amitiés Rotariennes

 

Michèle Herblin-Mauger

Présidente 2014-2015

Rotary e-Club Premier 7040

  






  
You are sad because you could not participate to the last Foundation Walk of your Club ??

Each step counts … yes, you have a chance to join now !!

From May 20th to June 20th, have a virtual walk with Rotary eClub Premier 7040.

Just a click away from your home!

–        You  reach the virtual walk

–        You fill out the dialog box : your country, your name and Rotary Club’name

–        You make a donation as you can using our securised Paypal site

–        You receive an automatic receipt by e-mail.

–        Your donation is sent to The Rotary Foundation and credited to your Rotarian donation account.

We shall prove by the way we donate that Rotarians are proud to support their Foundation, and to share the values of Rotary anywhere.

Join the walk and spread the word to your Facebook friends, they will thank you for your commitment.

 

Contact :

Michèle Herblin-Mauger

Présidente 2014-2015

president@rotaryeclubpremier.org
  





  

PROTECTION ET SECURISATION DES DEFENSEURS DES DROITS DE L’HOMME

Articles, Blog mai 04, 2015 No Comments

Merci à notre ami Gabriel Mugaruka, intervenant pour Amnesty International, membre du Rotary Club de Munyonyo en Ouganda et engagé dans le  respect des Droits de l’Homme : Protection et sécurisation des défenseurs des droits de l’Homme.

GabrielMugaruka

 Cliquez pour télécharger la présentation complèteCapture

AttendeeViewerImage011

Une salle d’étude informatisée pour l’orphelinat Notre Dame, Cameroun

Articles, Blog, Projets avr 02, 2015 Commentaires fermés sur Une salle d’étude informatisée pour l’orphelinat Notre Dame, Cameroun

Une salle d’étude informatisée pour l’orphelinat Notre Dame, Cameroun

fondation

 

Camerounaise d’origine et fondatrice de l’orphelinat Notre Dame, Anne Sylvie Asso’o partage sa vie entre le Cameroun et le Canada. Elle met tout en œuvre pour que l’orphelinat qui accueille 80 enfants de 2 à 18 ans soit autonome et pérenne . « C’est leur famille et leur maison » dit-elle, et quand elle passe plusieurs semaines à l’orphelinat, elle est heureuse de voir que les enfants l’attendent comme une maman. Son objectif : que les jeunes trouvent leur place dans la société comme tous les autres enfants, et que l’orphelinat les aide à trouver leur place dans la société.

L’orphelinat est doté de sa propre école et Anne Sylvie est fière de dire que certains jeunes sont maintenant étudiants à l’Université de Youndé. Tout est fait pour éduquer et maximiser les compétences des enfants. Les plus grands participent à l’éducation des petits, les jeunes adultes qui se sentent appartenir à cette famille reviennent pour aider. La pérennité passe aussi par l’autonomisation et par la mise à disposition des moyens éducatifs les plus actuels.
Pour apprendre un métier, des activités pratiques ont été crées au sein de l’orphelinat telles que : un atelier d’ébénisterie, un autre de couture et une porcherie.

Aujourd’hui, pour permettre aux enfants de faire l’apprentissage des technologies de la communication et d’établir des liens avec le monde, la Fondation le Cœur sur la main souhaite équiper une salle d’étude informatisée et une bibliothèque. Détail du projet

 

La participation du e-Club Premier 7040 :

Le e-Club Premier 7040 a décidé de soutenir ce projet en fournissant :

  • 12 ordinateurs complets et écrans
  • 1 ordinateur portable
  • 240 logiciels éducatifs et ludiques
  • 120 livres et jeux éducatifs pour les tout petits
  • Organisation de discussions-découvertes avec « Les mamies du bout du monde » (en cours de mise en place)

 

Christiane Nathalie transmets le don de l'UQAM au e-Club Premeirordi les 13 caisses sont embarquéesAnne-Sylvie-et-Michèle IMG_2159IMG_4094 IMG_2278plaque

 

 

 

Collecte de fonds complémentaire :

Au 1er novembre 2015, le conteneur est arrivé à Douala, Cameroun et est en cours de dévoilement. L’installation du matériel est prévue en décembre 2015. La classe sera opérationnelle janvier 2016.

Les fonds levés serviront à financer :

  • Les étagères de la bibliothèque
  • Les tables et les chaises
  • La peinture pour rafraîchir les murs de la classe
  • L’installation du matériel informatique par un technicien
  • L’incidence du partage de la salle de vidéoconférence du e-Club Premier 7040

Montant estimé : 2000$ CAD

 

Merci de faire parvenir vos dons au Rotary e-Club Premier 7040 via :

  • Paiement par paypal:



Les dons en argent pourront faire l’objet de reçus pour déduction fiscale (donateurs Canadiens seulement)

 

Liens utiles :
Détail du projet
Fondation le cœur sur la main

 

Conférence sur la situation actuelle en RDC – Par Henri-Paul Eloma Ikoleki

Articles, Blog fév 07, 2015 No Comments

Exceptionnelle conférence de PP Henri Paul Eloma Ikoleki à la réunion hebdomadaire du e-Club Premier ce matin, 6 pays étaient représentés.  Fabuleuse rencontres internationales par GoToMeeting.

Cliquez ici pour télécharger la conférence en PDF

Cliquez ici pour télécharger l’audio/vidéo de la réunion

Conférence H-P Eloma 1Conférence H-P Eloma 2Conférence H-P Eloma 3

[Live in living City] La participation citoyenne, enjeu majeur de la transition urbaine | L’Atelier : Accelerating Business

Articles, Blog jan 26, 2015 No Comments

Par 25 juin 2014 – L’Atelier BNP Paribas

 

[Live in living City] La participation citoyenne, enjeu majeur de la transition urbaine | L’Atelier : Accelerating Business.

 

Participation, e-democratie, expression citoyenne… Autant de comportements au cœur des enjeux que doivent relever les villes du futur ou « smart cities » pour réussir leur transition urbaine.

A l’occasion du Forum international « Live in a Living City« , Entretien dans le cadre de l’émission L’Atelier numérique sur BFM Business avec Carlos Moreno*, professeur des Universités et président du comité scientifique de cet événement et Carlo Ratti, architecte, ingénieur, membre également du conseil scientifique dudit événement.

L’Atelier: Carlos Moreno, vous écrivez dans votre blog au sujet des villes intelligentes « Les transformations qui s’opèrent brouillent les anciens repères du pouvoir ». Alors comment doit s’opérer ce que vous appelez la transition urbaine et quels critères doit réunir une « smart city »?

Carlos Moreno : Dans cette période de transitions urbaines en effet, la ville vivante représente à nos yeux [ceux du comité scientifique réuni à l’occasion du forum] la convergence en fait de trois éléments majeurs. D’une part l’inclusion sociale, l’innovation sociale et urbaine dans les villes. Et troisièmement, l’innovation technologique, puisque nous vivons dans une période formidable au 21ème siècle qui est celle non seulement du numérique, mais du numérique ubiquitaire, présent partout dans chaque objet familier à chaque instant de nos vies.

Carlo Ratti, partagez-vous aussi cette vision de la ville de vivante ou ville intelligente?

Carlo Ratti : Oui, bien sûr. En fait, c’est une période je pense très intéressante pour les villes. C’est justement à l’intersection de ces différentes innovations, en particulier l’innovation technologique, que nous pouvons comprendre la ville d’une nouvelle façon. Élisée reclus [ndlr : géographe français du 19ème siècle] écrivait qu’il y a plus de 100 ans, la planification d’une ville devait commencer par ce qu’il appelait la collection de données dans la ville. Aujourd’hui, on peut avoir beaucoup de données dans la ville d’une manière extraordinaire, obtenues via des capteurs, des réseaux sociaux etc. Ces données permettent d’avoir une meilleure connaissance de la ville, connaissances que l’on peut utiliser après pour planifier la ville d’une manière différente. Tout cela est nouveau et extraordinaire.

Quels défis les architectes, les ingénieurs, les urbanistes doivent-ils relever? Doivent-ils se doter de nouvelles compétences?

Carlo RATTI : Les enjeux sont nombreux et c’est très intéressant de voir comment la profession d’architecte est en train de changer. Il y a toujours des architectes designers, des gens qui dessinent des plans.  Mais on a de plus en plus des gens qui viennent des nouvelles technologies, de l’informatique mais même des mathématiques, de la physique. Et puis au centre on voit ceux qui s’occupent de la partie sociale, de l’homme. L’architecte est à l’intersection de l’homme, de la technologie et de l’espace physique.

Carlos Moreno, vous insistez beaucoup sur le côté participatif qu’une ville doit avoir. Cet aspect participatif est-il l’ADN de la Smart City ? Est-ce que tout converge autour de la participation, de l’expression citoyenne ?

Carlos MORENO : Oui, je pense que c’est un élément majeur. Aujourd’hui, au 21ème siècle, la composante de l’innovation technologique et du numérique inhérente aux villes du futur permettent aux citoyens de suivre en temps réel non seulement les évènements quotidiens de la ville mais également de tester pratiquement tout ce qui se passe, n’importe quelle situation qui se produit dans les villes. Ainsi, il est possible de mettre la gouvernance de la ville sous pression. Et en quelque sorte, l’information se trouve libérée. J’appelle cela la transversalité, le décloisonnement. Le monde ubiquitaire est à portée de main pour n’importe qui car tout le monde dispose aujourd’hui d’un accès plus facile à la connaissance. Que ce soit grâce aux smartphones ou aux tablettes, les informations ne sont plus la propriété de quelqu’un. De plus, on assiste à une libéralisation des données avec les « open data » et cela participe au mouvement de pression exercé sur la gouvernance. D’un autre côté, entre la circulation ouverte des données, des hackathon ou bien encore du « crowdsourcing », cette nouvelle gouvernance facilite l’implication citoyenne. Les citoyens sont davantage invités à s’exprimer et devenir non plus des consommateurs de décisions de la ville, mais également des acteurs.

Il faut tout de même conserver une certaine confidentialité face à ce flux de données ?

Carlos MORENO: Je pense que la confidentialité dans les données, effectivement, est un élément important, et davantage en France où l’on est très soucieux de la protection de la vie privée. Mais à l’échelle de la ville, de la masse d’informations qui circule dans la ville, il y a énormément d’indicateurs tout à fait anonymes qui nous livrent les grandes tendances, les grandes forces sur lesquelles la ville agit. Croiser les données, c’est-à-dire faire des données multimodales, nous permet également de sentir le cœur de la ville qui bat. L’expression citoyenne a changé aujourd’hui par rapport à ce qu’elle était il y a dix ans.

La e-démocratie est-elle un palliatif à la démocratie ou bien un relais ? Que devient le rôle des élus?

Carlos MORENO : Le « e » de e-democratie fait référence à l’aspect électronique du processus. Aux outils de la démocratie, populaires, accessibles à tout le monde. Ces outils sont au service de l’expression citoyenne. Ils ne remplacent jamais le vote mais cela permet d’émailler avec une capillarité très forte, avec une très grande proximité ce qui se passe dans les services de tous les jours : métro, tramway, qualité de l’air par exemple … On l’a vu à Paris il y a quelques semaines quand la qualité de l’air s’est dégradée et qu’on a été obligé de rendre les transports publics gratuits pendant quasiment quatre jours, et imposer la circulation alternée.  C’est l’illustration de la pression citoyenne qui s’est exercée du fait de son accès rapide et facile aux informations.

Oui mais là, ce sont plutôt les médias traditionnels – télévision, radio, qui ont amplifié cette information, non?

Carlos MORENO : Oui mais je pense qu’il n’y a plus aujourd’hui de distinctions entre les médias traditionnels et la capillarité qui passent via les réseaux sociaux. Aujourd’hui quelle que soit l’origine de l’information, elle se retrouve tout de suite sur Twitter ou Facebook. La gouvernance ne peut plus ignorer la puissance d’un tweet ou la puissance d’un statut ou d’un commentaire sur Facebook.

Carlo Ratti, un urbaniste ou un architecte doit-il désormais prendre en compte l’expression citoyenne dans le cadre de la construction d’un quartier ou d’un immeuble?

Carlo Ratti : oui, tout à fait. Comme aux origines de la ville en réalité car si on pense la ville du Moyen-âge ou même la ville aux origines, la participation populaire était centrale dans la construction de la ville. Les grands processus urbains et la vitesse croissante de réalisation des constructions ont fait perdre cette notion au XXème siècle. Mais aujourd’hui à travers les réseaux sociaux, on peut à nouveau avoir des dynamiques de participation comme autrefois. Les nouvelles technologies nous permettent ainsi de faire mieux ce que l’on faisait déjà avant.

Pour des projets dans des grandes villes comme Medellin par exemple  – projet d’ailleurs auquel vous avez participé –ou des villes d’Asie, est-ce que le fait de diluer le pouvoir pour donner plus de pouvoir à l’expression citoyenne et la participation  est une méthode vraiment efficace ?

Carlo RATTI : Oui. L’un des grands problèmes que soulevait la participation auparavant était le nombre. C’est-à-dire qu’on ne pouvait pas mettre autour de la même table plus de 10 et 15 personnes. Aujourd’hui les réseaux sociaux permettent de mettre ensemble autour d’une table virtuelle non pas 10 mais 100 ou 1 000 personnes. La conception de la ville doit profiter de cette participation massive.

* Il est également conseiller scientifique du président de Cofely Ineo, filiale du groupe GDF-SUEZ

 

s2Member®